Le courage de ses idées

Publié le par S&D32

Malalai-Joya-parlement-.jpgQu'il me soit permis, Jean Jacques, de reproduire ici, sur ce blog, ton article tellement il prouve que dans certains pays, la liberté d'expression , notamment celle d'une élue du peuple, reste encore un acte de bravoure .Merci pour ton témoignage.
                                                                                                            Philippe PUGNET

Son prénom est déjà un programme : Malalaï , comme la grande héroïne afghane, une jeune campagnarde célèbre pour sa bravoure qui batailla contre les Britanniques au XIXeme siècle. Du courage, Malalaï Joya n’en manque pas.

Cette députée de 28 ans, élue dans la province de Farah, à l’ouest de l’Afghanistan, a fustigé, dimanche dernier, en pleine séance parlementaire, « la présence dans l’hémicycle de seigneurs de la guerre et de barons de la drogue ». Furieux, debouts et vociférants, plusieurs élus lui ont jeté des bouteilles d’eau, d’autres ont dû être empêchés de l’agresser physiquement. Ce fut le premier épisode de violence de ce Parlement élu en septembre.

Malalaï Joya n’en est pas à son premier coup d’éclat. En 2003 et 2005, elle avait déjà dénoncé « ces criminels qui ont détruit l’Afghanistan ». Surtout, celle qui animait une école clandestine pour les filles à l’époque des talibans est devenue la féministe la plus écoutée du pays. Des prises de position qui ont fait d’elle une cible. Elle a déjà survécu à quatre tentatives d’assassinat…

Hier, elle a perdu son siège à la suite d’un vote de destitution organisé pour la punir suite à une nouvelle interview où elle comparait le parlement à une étable. Le nouveau ministre des Affaires étrangères s’honorerait de l’inviter en France.

                                                                               
                        Jean Jacques URVOAS
                                                                                                     Premier fédéral du Finistère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article