Dominique Strauss-Kahn gène et son retour embarrasse certains de ses amis

Publié le par SD32

ecritureBien qu’ils s’en défendent, nombre de socialistes, y compris certains de ceux qui se disent encore de ses amis, tournent désormais le dos à Dominique Strauss-Kahn. Le travail de sape d’une certaine presse et les agissements des deux côtés de l’Atlantique,de quelques avocats avides de notoriété, et bien plus encore, ont fini par faire valoir ce qu’une certaine droite a mis tant de temps à obtenir : la disqualification d’un homme coupable non pas " d’avoir commis une erreur passagère de jugement ", comme le soulignait il y a peu Benjamin Brafmann, mais d’avoir retrouvé sa liberté, beaucoup trop tôt à leurs yeux.

Qu’importe les mensonges avérés de la prétendue victime, son parjure devant le grand jury, l’absence d’explications concernant la présence de certaines sommes sur ses comptes, sans lien apparent avec son activité professionnelle !


Qu’importe certaines zones d’ombre du dossier, comme celle révélée par William Taylor, autre avocat de Dominique Strauss-Kahn, dans le JDD du 28 août : "Le dimanche 15 mai, qui précède l’incarcération de Dominique Strauss-Kahn, lorsque j’ai discuté avec le procureur des conditions matérielles de l’inculpation, nous nous étions mis d’accord sur un régime de liberté sous caution. Et puis le lundi, il avait changé d’avis. Par ailleurs, ses services avaient été mystérieusement avertis de l’existence d’une autre affaire dont il n’avait pas été question jusque-là… Qu’est-ce qui a provoqué ce changement? Comment le procureur de New York pouvait-il être au courant de l’affaire Banon, qui date de neuf ans et que la plupart des Français ont découvert ces dernières semaines?"

Non , à l’évidence, Dominique Strauss-Kahn gène et son retour embarrasse .

 

Ce week-end son ombre hantait les couloirs de l’université d’été du PS à La Rochelle. De ses anciens amis, les plus en verve étaient ceux qui ont rejoint François Hollande. De Pierre Moscovici qui conseille à Dominique Strauss-Kahn d’ inventer " une nouvelle forme d’expression et d’existence publique" ( source JDD ) à Jean-Marie Le Guen qui aime à souligner en contradiction totale avec ce qu'il disait le 1er juillet dernier, que "le retour de Dominique en politique ne passe pas par une candidature à la présidentielle" ( source JDD ) , ils s’y sont tous mis devant les micros .Y compris Michel Rocard qui, sur Canal + ce lundi, estime que Dominique Strauss-Kahn était atteint d'une "maladie mentale" qui l'empêchait de "maîtriser ses pulsions".

Que craignent-ils pour prononcer de telles phrases assassines, eux qui, avant ce funeste 14 mai dernier, n’arrêtaient pas de lustrer la moquette aux pieds de leur mentor !

Dès son retour en France, Dominique Strauss-Kahn aura à cœur de s’expliquer . Ils nous dira ce qu’il compte faire désormais. Mais , en attendant, nul n’a le droit, au nom d’une quelconque ambition personnelle d’ajouter le discrédit à l’opprobre d’un homme injustement accusé. Sauf à vouloir l’inciter à commettre l’irréparable.

 

Philippe PUGNET

Publié dans Parti Socialiste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article